Vue large.jpg

Oasis : la menace

Un projet d'hôtellerie privée,
une urbanisation irréversible de la dalle-jardin

Le projet doit prendre place dans les anciens locaux du Mémorial du Général Leclerc et de la Libération de Paris et du musée Jean Moulin.

Il est porté par la SemPariseine, filiale de la Ville de Paris, et par le cabinet REI-Habitat.

Selon les dernières précisions fournies par les promoteurs en avril 2021, le projet Oasis, ce sera :

  • La vente de l'immeuble existant à un ou plusieurs investisseurs privés.

  • Le départ de l'Armée du Salut, qui était accueillie dans les locaux.

  • Dès 2022, des travaux de surélévation du bâtiment pour en faire un immeuble R+3, d'une hauteur de 19 m.

  • L'ouverture à la circulation des véhicules (dont des véhicules de service lourds), de jour comme de nuit, de toutes les voies entourant le jardin Atlantique, y compris celle longeant l'immeuble d'habitation "Mouchotte".

  • De probables empiétements sur le jardin, et une possible ouverture de sa voie centrale à la circulation et au stationnement des véhicules.

  • En 2023, la mise en service d'un hôtel de 260 lits, de 36 chambres en "co-living", et de 4 logements "passerelle".

  • L'ouverture d'un café-restaurant de 80 couverts, dont une partie en terrasse.

  • L'organisation prévue d'évènements festifs nocturnes au pied des bâtiments.

  • L'accueil de quelque 300 à 400 personnes sur un site en activité 24h sur 24, mais surtout le soir et pendant la nuit.